ACCUEIL > DÉCOUVRIR > Personnages illustres

Deux personnages illustres


 

Édouard de Laplane avait écrit l'histoire de Sisteron, Paul Arène va chanter sa ville et son terroir.

Portrait de Paul Arene

Un poète

 
Paul Arène est né le 26 juin 1843. il sera un ciseleur du verbe et le meilleur de son oeuvre, c'est la terre sisteronaise qui va l'inspirer avec sa lumière, ses senteurs, le soleil crépitant et tout ce qui vit, bruisse, chante, dans les lavandes et le thym. Dans ses textes il parle de Sisteron du joli nom de Canteperdrix. 
 
Il écrit son principal roman "Jean des Figues", pour le théâtre, des contes Parisiens puis Contes et Nouvelles de Provence, "La Gueuse Parfumée", "La Veine d'Argile", Antibes qui lui dicte "La Chèvre d'Or" (1889) suivi par "Domnine".
 
Il a fréquenté les cafés littéraires parisiens et ayant fait la connaissance de Daudet, lui a vendu quelques textes pour vivre. " La chèvre de Mr Seguin " et 7 autres contes seraient de la main de P.Arène. 
 
Le 17 décembre 1896, on le trouve mort à sa table de travail, le front écroulé sur un conte inachevé.
 
Sur sa pierre tombale on a gravé le distique qu'il avait dicté à Mistral: " ieu m'en vau l'amo ravido d'agué pantaïa ma vida" je m'en vais l'âme ravie, d'avoir rêvé ma vie.
 
A voir :
 
Le bastidon familial " la Cigalière" au quartier des Oulettes au Thor (accès fléché 4km du centre ville) 
 
Sa tombe au cimetière municipal avec l'olivier 
 
La reconstitution de la chambre à coucher de l’écrivain à l’Ecomusée et quelques souvenirs au Musée du Vieux Sisteron (voir rubrique Musée du Vieux Sisteron ) . 
 

Texte sur Paul Arène(PDF 457ko)
 


Horloge astronomique

Un scientifque

 
Benjamin Ernest Esclangon né le 17 mars 1876 à Mison, sa famille était originaire d’Entrepierres, commune voisine de Sisteron. "Un gavot qui a bien servi la science" Il obtint son doctorat en 1904, avec une thèse très remarquée sur les fonctions qu'il a appelées quasi périodiques et qui tiennent une place importante dans un grand nombre de problèmes de physique mathématique et de mécanique céleste.
Il rédigea 236 publications scientifiques … .
 
 
Ses méthodes de calcul sur la propagation du son, permirent en 1918, de repérer et de détruire les "Berthas" qui, à 120 kilomètres de distance, tiraient sur Paris.
 
 
Directeur de l’observatoire de Paris, il créa en 1933, la première horloge parlante à usage téléphonique et radiophonique, qui donne encore aujourd’hui (tel: 3699) le top atomique.
Il est à l’origine de la création de la grande station astronomique de St Michel l’Observatoire, près de Forcalquier. L’Académie des sciences lui décerna de nombreux prix.
 
 
Jouissant d’une grande autorité scientifique dans le monde entier, il fut pendant plusieurs années Président de l’Union Astronomique Internationale II décéda, le 28 janvier 1954.
 
A voir :
 
Une plaque commémorative sur sa maison natale à Mison. (voir rubrique Le Pays sisteronais)
 
L'évocation du scientifique au Musée Terre et Temps
 
 
N ° de l'horloge parlante : 08 99 88 10 10
 
Festivité 2014 :  60ème anniversaire de sa disparition les 10 et 11 mai à Mison 
 
 


FESTIVITÉS

Du


Au


 

 

Mentions légales    |    crédits photos    |    ©2017    |    Contact    |    Réalisation Galets Bleus Web   |